Territoires
des Amériques

 

Un film immersif avec René Derouin

 

 

 

 

Film

Image film

Tour d’horizon en 360°

« Je suis René Derouin. Je suis un artiste. Je suis un Québé­cois. Je suis un continentaliste. Je suis un métis d’Amérique du Nord en errance au Sud. Je suis un enfant du territoire et du continent. Je suis l’Américanité. »

Comme une traversée de l’œuvre de René Derouin et de ses terres explorées, Territoires des Amériques prend les allures d’un carnet de voyage. Présenté en dôme et en lunettes de réalité virtuelle, le film à 360 degrés tourne autour de la quête identitaire de l’artiste pendant ses 60 années de carrière.

La trame du film relie les créations de l’artiste multidisciplinaire aux lieux clés de ses migrations : du Québec au Mexique, jusqu’au Japon et aux États-Unis, en passant par le Grand Nord canadien, puis son retour en terre natale. Le parcours virtuel trace un portrait éclaté de Derouin et révèle la profondeur de ses terres intérieures.

Film d’art et expérimental, Territoires des Amériques est avant tout une expérience artistique immersive au cœur de l’œuvre de Derouin.

L’artiste à l’œuvre

En plus de suivre son cheminement à travers ses œuvres-phares remixées, le film dévoile l’artiste au travail dans son atelier. Derouin crée pour l’occasion une œuvre inédite et inscrit ainsi le film au cœur de son parcours.

Suivez l’artiste :

Facebook
Site web

Derouin

60 ans de carrière en plusieurs territoires

Terre natale

En 1936, Derouin nait au bord du fleuve Saint-Laurent dans le quartier Longue-Pointe à Montréal. Très tôt, il se questionne sur son identité. Son parcours d’artiste s’entame en 1955 par une première migration à Mexico. Il y étudie, découvre l’art des muralistes et plonge dans les cultures précolombiennes.

Terres d’exil

À la fin des années 60, Derouin étudie au Japon avec le graveur Yoshida. Il y apprend la discipline et le rituel dans son art. Il traverse ensuite les États-Unis en van-atelier avec sa compagne, l’artiste Jeanne Molleur.

Territoire nordique

À la fin des années 70, Derouin explore le territoire québécois. Ses vastes gravures modulaires tracent une cartographie du nord de l’Amérique. Auprès des Inuits, il retrouve l’art des autochtones mexicains. Il réconcilie les Amériques dans son esprit.

Terremoto

En 1985, Derouin présente au Museo del Chopo de Mexico sa grande exposition Suite Nordique : sa recherche des vingt dernières années sur la nordicité. Au lendemain de son arrivée, le pays subit le pire tremblement de terre de son histoire. Derouin ressent le choc des forces telluriques et dessine des figures humaines en crise. Il devient un migrant des Amériques.

Territoire marin

Pendant vingt ans, Derouin crée et décline le personnage du migrant sur divers supports. Avec Migrations en 1992, il dispose 20 000 personnages sur 50 mètres de bois gravé. Avec Largage en 1994, l’artiste dépose 19 000 de ses statuettes dans les sédiments du Saint-Laurent. Gaston Miron écrira : « Derouin a ensemencé le fleuve ».

Derniers territoires

Au milieu des années 70, Derouin quitte le carré Saint-Louis à Montréal et construit sa maison-atelier à Val-David. Sur son terrain dans les Laurentides, il crée les Jardins du Précambrien en 1995. Il y reçoit des artistes des Amériques pour créer des œuvres in situ.

Encore aujourd’hui, Derouin poursuit ses migrations, ses escales et ses échanges. Il continue sa démarche unique, métisse et baroque. Il s’exprime par un art multidisciplinaire : la gravure, le dessin, la sculpture et les installations.

Sociofinancement

Début de la campagne en septembre 2019!

 

Participez au financement du projet sur :

 

Vente de billets, d’œuvres originales et de produits dérivés.

Équipe

Idée originale : René Derouin, Pascal Pelletier et Michel D.T. Lam
Scénario et réalisation : Patrick Bossé
Direction artistique : Martin Bernier
Direction photo : Antonio Pierre de Almeida
Prise de son : Dominique Chartrand
Production : Pascal Pelletier et Patrick Bossé

Avec la participation de Les productions Figure 55

Patrick Bossé

Scénariste, réalisateur et producteur

Patrick Bossé détient un baccalauréat en communication de l’Université du Québec à Montréal et une maîtrise en études cinématographiques de l’Université Concordia. Pendant ses études, il participe comme monteur et réalisateur à la série documentaire Paroles d’artiste. Il signe les portraits du metteur en scène André Brassard et de l’acteur Gilles Pelletier – tous deux sélectionnés par le Festival international du film sur l’art (FIFA). En 2009 et 2010, le cinéaste réalise deux courts de fiction, Une étoile de mer et Livraison à domicile. Il renoue en 2012 avec le genre documentaire et réalise Un nouveau monde – diffusé au Festival International du Film Francophone de Namur en Belgique. Empruntant à la fiction et au documentaire, son plus récent film, Anatomie, met en scène le couple d’acteurs Françoise Graton et Gilles Pelletier – en nomination au Gala Québec Cinéma 2015 dans la catégorie du meilleur court métrage de fiction. En 2016, il collabore à la direction artistique du spectacle Résonances boréales du pianiste Roman Zavada – présenté dans le dôme de la Société des Arts Technologiques à Montréal. Il expérimente ensuite les tournages à 360 degrés. Patrick collabore aussi depuis plusieurs années avec les productions Figure 55. Il partage le goût d’explorer et d’innover avec le producteur de la boîte, Pascal Pelletier.

Pascal Pelletier

Producteur

Pascal Pelletier possède une vaste expérience dans la production et la réalisation audiovisuelle. Il fonde en 2006 les productions Figure 55. Il met alors son talent et son expertise au service de sa compagnie. Il participe à l’élaboration de créations à la facture autant classique qu’éclatée, tout en incorporant les multiples facettes des nouvelles technologies du multimédia. Au cours des dernières années, il s’est illustré dans des domaines variés, allant de la vidéo corporative jusqu’au cinéma documentaire, en passant par la méga-projection vidéo pour des événements majeurs. L’année 2013 marque un point tournant dans sa carrière. Il initie et produit son premier film immersif, en 360 degrés au plan visuel et sonore : Harmonielehre. Le projet est développé avec la Société des arts technologiques et l’Orchestre symphonique de Montréal, sous la direction du chef Kent Nagano. Depuis, il a mené à terme plus d’une quinzaine de films 360 et de vidéos de réalité virtuelle. Ses projets en cours sont nombreux… et c’est tant mieux!

Figure 55

Figure 55 se démarque par son talent multidisciplinaire et ses nombreuses réalisations aux approches variées. Depuis 10 ans, la boîte maîtrise autant la production promotionnelle, muséale, corporative qu’immersive. Figure 55 développe et produit du contenu multimédia créatif. La boîte explore et explose les dispositifs numériques. Son équipe s’amuse à éclater les règles en vigueur. L’objectif commun est de pousser chaque projet au bout de ses limites artistique et de faire vivre au public des puissantes expériences immersives. L’année 2013 marque un point tournant pour la compagnie : Figure 55 initie et produit son premier film immersif en 360 degrés. Un premier pas qui mène à de grandes avancées.

Contact

Pascal Pelletier

Téléphone : 514-586-0467
Courriel : pp@fig55.com